IV.1. Le marché mondial des semences

Le tableau ci-dessous récapitule, au niveau de la production, les parts respectives des postes engrais, produits phytosanitaires et semences chez différentes espèces. Les coûts relatifs des différents intrants varient selon les espèces. Le coût du poste semences est en général inférieur à celui des engrais et des pesticides. Mais chez le maïs, le poste semences est très élevé, ce qui permet d'assurer des chiffres d’affaires et retours sur investissement considérables.

 

 

Espèce
Engrais (%)
Phytos (%)
Semences(%)
Blé
30
50
20*
Maïs
30
20
50
Colza
40
40
15*
Betterave
25
40
35
                                              * variétés non hybrides : Le blé et le colza sont traditionnellement vendus sous forme de lignées pures homozygotes mais des structures hybrides sont désormais disponibles sur le marché. Si l'on incluait les pourcentages du marché hybrides, les valeurs du poste semences seraient bien supérieures à ce qui est mentionné ici.

 

 

L’industrie des semences en 2003 représentait 20 milliards d’euros de chiffre d’affaire mondial, et l’industrie des phytosanitaires 30 milliards d’euros. Les 2 réunis forment 10 % du marché mondial de la pharmacie, donc demeurent de relativement petits marchés. Les 3 premiers sont tous dépendants de sociétés phytosanitaires: Dupont de Nemours (qui s'est lancé dans la semence en rachetant Pioneer), Monsanto, Syngenta, et Bayer occupe la 10ème place. Les opérateurs plus traditionnels (Limagrain, KWS etc.) du monde des semences se positionnent dernières ces grands groupes, mais on remarque que pour atteindre 50% du marché mondial il faut prendre en compte plus de 25 entreprises. Donc ce secteur n'est pas encore totalement concentré dans les mains de quelques grands groupes seulement.
Le tableau ci-contre évoque la liaison entre l’agrochimie et les semences, en reprenant les chiffres d’affaire semences et agrochimie en 2003. Les plus gros agrochimistes Syngenta, Bayer, Monsanto, et Dupont sont également impliqués dans le secteur semencier. Le classement par rapport à la semence diffère un peu de celui realtifs aux produits phytosanitaires.

BILAN :

- L'industrie semencière a beaucoup évolué au cours des 15 dernières années sous l'influence des entreprises de la chimie et de l'agrochimie (rachats et pises de position majoritaires)
- La concentration reste limitée dans ce secteur : les 6 premières entreprises représentent 31% du chiffre d'affaire mondial (6,2 Milliards d'euros) alors que les 6 premières en Agrochimie représentent 70% du chiffre d'affaire mondial (21 milliards d'euros).
- Toutefois les 3 plus gros semenciers (21% du chiffre d'affaire au total) appartiennent à 3 groupes de l'agrochimie, ce qui place l'agrochimie en position dominante sur le marché des semences.
- Les chiffres d'affaire mondiaux des 2 secteurs (20 milliards et 30 milliards d'euros) sont assez modestes (à comparer par exemple au chiffre d'affaire de l'industrie pharmaceutique : 470 milliards d'euros en 2002). Mais leur position d'amont les place en situation stratégique pour l'agriculture et les perspectives de développement sont importantes.

 

 


Auteurs - AgroParisTech - © 2004 - Tous droits réservés AgroParisTech