Vers la page d'accueil plan du site liens utiles bibliographie
Outils agricoles Techniques culturales Thèmes transversaux
Accueil > Outils agricoles > Traitement et fertilisation > Pulvérisateur à rampe
 
Pulvérisateur
 
Pulvérisateur automoteur
Pulvérisateur automoteur "Alpha plus"
(Photo : Hardi-Evrard)
Pulvérisateur porté "UF1801"
(Photo : Amazone)
Pulvérisateur traîné
Pulvérisateur traîné
(Photo : John Deere)
Pulvérisateur à jet porté utilisé en arboriculture
(Photo : Tecnoma)
Pulvérisateur pneumatique
Pulvérisateur pneumatique
(Photo : Hardi-Evrard)
 
Fonction
Un pulvérisateur sert à épandre une certaine dose de produits phytosanitaires ou d’engrais liquide sous forme de fines gouttelettes en les répartissant uniformément sur une cible (le sol, le peuplement cultivé, des adventices…). Les pulvérisateurs peuvent être traînés, semi-portés ou portés (à l'avant ou à l'arrière de tracteur) et certains sont automoteurs.
Constitution et principes de fonctionnement
Tout pulvérisateur se compose des éléments de base suivants :

Cuve

Organe de stockage du produit de capacité variable (de 200 à 6000L), les automoteurs possédant les plus fortes capacités, devant respectivement les pulvérisateurs intégrables, traînés puis portés.

Système de distribution

Il s'agit d'une pompe qui a pour rôle de :

  • prélever une quantité donnée de liquide dans la cuve et de la débiter dans le système de transfert du liquide sous une pression déterminée,
  • brasser le liquide de la cuve,
  • remplir le pulvérisateur (sur les petits appareils, car une deuxième pompe se charge de cette opération sur les appareils plus gros).

Système de transfert de liquide

La rampe correspond à la canalisation supportant les buses et est fixée sur un bâti ou support de rampe (lui même rattaché à un cadre) qui permet l'articulation de la rampe et son réglage en hauteur.


Les rampes sont de largeurs variables (de 6 à40 m) en fonction de la capacité de la cuve, les autoporteurs possédant donc des rampes de largeurs importantes.

Système de division du liquide en gouttelettes

Des buses, orifices calibrés répartis le long de la rampe, contrôlent la forme du jet, sa répartition sur la cible, la dimension et le nombre de gouttes.


La division des gouttes peut être générée par:

  • la pression de liquide : le liquide arrive sous pression dans les buses et se détend à pression atmosphérique, ce qui provoque sa division en gouttes. Processus essentiellement utilisé pour traiter les cultures basses.
  • la pression d'air : Un courant d'air au niveau des buses divise en gouttes le liquide arrivant à basse pression.
  • la force centrifuge : Le liquide arrive tangentiellement sur un disque tournant à grande vitesse et est fractionné en gouttes par effet centrifuge

Système de transfert de gouttes

Les gouttes doivent acquérir suffisamment d'énergie cinétique pour atteindre leur cible.

  • transport par jet projeté : les gouttes sont transportées grâce à l'énergie cinétique emmagasinée lors de la division du liquide en gouttes.
  • transport par jet porté : un flux d'air porte les gouttes jusqu'à leur cible.

Système de régulation

Des automatismes de type DPA (dispositifs de régulation à débit proportionnel à l'avancement ou des DPM (débit proportionnel au régime moteur du tracteur) sont fréquemment installés pour réguler et maintenir constant le débit de pulvérisation fixé.

Les différents types de pulvérisateurs

Pulvérisateurs à pression de liquide et à jet projeté

L'énergie potentielle du liquide, mis sous pression par la pompe, est utilisée pour le transformer en gouttes (division par pression de liquide) et pour transporter celles-ci jusqu'à la cible (transport par jet projeté) par l'intermédiaire de buses.

Pulvérisateurs centrifuges

Utilisés en grandes cultures pour travailler à bas volume (50 à 100L/Ha), ils mettent en oeuvre la force centrifuge et le transport par jet projeté.

Pulvérisateurs pneumatiques

Un courant d'air divise le jet et porte les gouttes formées. Ces appareils sont notamment utilisés en viticulture.

Il existe différents types de buses :

  • à fente : utilisées pour la plupart des traitements phytosanitaires,
  • à turbulence : réservées aux traitements fongicides et insecticides par temps calme,
  • à filets : adaptées à la pulvérisation d'engrais liquides,
  • à miroir : également utilisées pour les engrais liquides (mais plus rarement)
Plus les gouttes sont fines, meilleure est la répartition sur la cible, mais plus élevé devient le risque de dérive. Au contraire les grosses gouttes sont peu dérivés mais présentent un fort risque de ruissellement. La hauteur de la rampe intervient également : plus elle est proche de la cible, moins il a de risque de dérive, mais elle doit être suffisamment haute pour permettre le recroisement d'au moins 2 jets contigüs (la répartition des gouttes n'étant pas homogène au sein d'un même jet).
Les constructeurs recherchent le meilleur compromis entre:
- un faible encombrement,
- robustesse et rigidité pour assurer une bonne stabilité de la rampe dans le sens vertical et horizontal; ceci afin d'éviter les irrégularités de dosage, auxquelles les extrémités des rampes sont particulièrement sensibles.
On distingue les pulvérisateurs:
  • portés : l'attelage trois points du tracteur supporte l'ensemble des éléments du pulvérisateur.
  • traînés : le chassis du pulvérisateur doit supporter son propre poids.
  • intégrables : ils sont conçus pour être montés soit sur un porte-outil soit sur un tracteur spécifique, mais ils restent démontables afin de permettre l'utilisation du tracteur pour d'autres travaux agricoles.
  • automoteurs : ces engins sont exclusivement réservés à la fertilisation. Ils sont généralement équipés de 4 roues motrices, souvent directrices pour optimiser le rayon de braquage.

Dernière mise à jour le : 2/05/12 - Auteurs et crédits - AgroParisTech