Vers la page d'accueil plan du site liens utiles bibliographie
Outils agricoles Techniques culturales Thèmes transversaux
Accueil > Techniques culturales > Travail du sol > Déchaumage
 
Déchaumage
 
Parcelle de céréales après récolte
Déchaumage d'une prairie à l'aide d'un pulvériseur
 
 
Définition
Le déchaumage est une opération superficielle de préparation du sol qui consiste à arracher et enfouir les plantes levées, les graines tombées au sol et les chaumes d'une jachère, d'une friche, d'une culture intermédiaire ou de la culture précédente. Cette opération est réalisée en un ou plusieurs passages à une profondeur variant de 10 à 15 cm. Les outils généralement utilisés en déchaumage sont le cultivateur, les pulvériseurs ou la charrue déchaumeuse (aux versoirs plus petits que la charrue à versoirs classique, souvent improprement appelée « déchaumeuse à socs »).
Objectifs visés

Le déchaumage répond à plusieurs objectifs agronomiques :

  • destruction mécanique de la flore adventice.C'est par plusieurs opérations de déchaumage successives ou par un déchaumage suivi d'un labour que l'on pratique la technique du « faux-semis ». Un premier passage permet de favoriser la levée des graines tombées au sol pendant la culture précédente, la culture intermédiaire la jachère. Le second passage (déchaumage ou labour) effectué suffisamment longtemps après le premier permet de les détruire (technique du faux-semis).
  • Homogénéisation de la répartition des résidus de culture(et des amendements organiques) sur la profondeur travaillée : les pailles mélangées à la terre pourront subir un début d'humification qui réduit la quantité de débris végétaux en surface, ce qui facilite l'enfouissement par le labour et prive les ravageurs (en particulier les limaces ) d'abri pour leur reproduction. Enfin, lorsque le rapport C/N des résidus est élevé, cette humification favorise le blocage de l'azote minéral du sol par le processus d'organisation.
  • Amélioration de la structure du sol. Le déchaumage permet de briser une éventuelle croûte de battance (ce qui accroît la capacité de rétention et d'infiltration de l'eau, réduisant ainsi les risques d'érosion), de fragmenter une partie de la couche travaillée éventuellement tassé lors de la culture précédente, facilitant ainsi le travail de la charrue. Enfin, la présence d'un mulch (mélange de résidus et de terre) en surface, améliore la capacité de stockage de l'eau en réduisant l'évaporation pendant l'interculture.
Raisonnement de la technique
  • choix des dates d'intervention : l'efficacité du faux-semis peut parfois être limitée par les phénomènes de dormance. La date d'un deuxième passage est à raisonner en fonction de la météorologie et des observations au champ : des plantes plus jeunes étant plus sensibles à un désherbage (mécanique ou chimique) il faut trouver un compromis entre l'âge des adventices et la quantité de graines germées.  De même, lorsqu'on, cherche par le déchaumage à bloquer de l'azote minéral grâce à l'organisation par les micro organismes du sol, il faut calculer soigneusement la date d'intervention, pour éviter une minéralisation trop précoce des matières organiques enfouies.
  • choix du type d'outil. Il peut dépendre du type de flore adventice. Par exemple, les disques, coupant les rhizomes du chiendent favorisent sa dissémination : il vaut mieux utiliser en cas d'infestation de chiendent des outils à dents. Ce choix dépend également de la résistance mécanique du sol : plus celle-ci est élevée (sol sec, sol tassé), plus il faudra choisir des outils exerçant une action énergique sur le sol.

Dernière mise à jour le : 2/05/12 - Auteurs et crédits - AgroParisTech